ECG-Motif horiz Created with Sketch. 76542804-8B14-46A8-A8E8-B8A6B8A6EFB7 Created with sketchtool.

Métier passion : rencontre avec Catherine.B, chargée d’études chez Bathic

Actualités

Retour à la liste d'Actualités
catherine Beurg - achitecte de formation

Architecte de formation, Catherine Beurg nous explique en détail en quoi consiste son métier qu’elle affectionne particulièrement.
 

Quelle est votre activité chez Bathic ?


Nous réalisons des rénovations, des extensions de maisons de particuliers (ce qui représente 80% de notre activité), mais aussi des ERP (Établissements recevant du Public). À savoir des cabinets médicaux, des pharmacies, des cliniques vétérinaires, des bureaux, mais jamais pour des institutions publiques.

Je suis chargée de dessiner le projet du client. Dès que l’« Avant-Projet » est signé, je m’occupe de déposer le Permis de Construire ou la Déclaration Préalable de travaux. Pour une maison, je reçois ensuite le client pour établir la Mise Au Point technique et décoration, puis je transmets les plans d’exécution au conducteur de travaux. Quand on prend un dossier en charge, on accompagne le client de bout en bout. 


Quels sont les types de clients qui viennent vous voir ?


Ce sont pour la grande majorité des familles qui parce qu’elles s’agrandissent ou se restructurent, ont besoin de nouveaux aménagements architecturaux. Ce sont des jeunes actifs en couple, des futurs parents, des retraités, des familles recomposées.

Le foncier étant devenu difficilement accessible, ils viennent nous voir pour les aider à réaménager leur habitation. Il est donc primordial de ressentir les changements liés à leur situation, à leur cadre de vie. On les reçoit plusieurs fois. Il faut imaginer que nous intervenons dans leur intimité, durant nos travaux, ils continuent à vivre dans la maison.

 

Justement comment se passe ce genre de travaux ?

Les contraintes à prendre en compte sont nombreuses. Nous devons nous adapter à un bâti existant, un jardin déjà paysagé, nous ne sommes pas là pour abîmer ce que les clients ont mis des années à construire. Nous mettons donc en œuvre des techniques plus douces. Par exemple, lorsque l’on fait une extension, nous construisons d’abord une coquille, collée à la maison. Quand cette « coquille » est hors d’eau hors d’air, on relie alors l’existant à l’extension.

C’est toujours très délicat. Et c’est un travail complexe techniquement de travailler ainsi, dans le respect de la famille, de leur environnement, pour ne déranger personne. Il faut sans cesse moduler avec l’affect du client.

Avez-vous constaté une augmentation des demandes depuis le déconfinement ?

Absolument ! Beaucoup de clients, après avoir passé du temps enfermés chez eux, se sont aperçus des améliorations à effectuer pour davantage profiter de leur maison. Nombreux sont ceux par exemple à demander la création d‘une pièce supplémentaire pour pouvoir faire du télétravail. Certains auraient aimé déménager mais le prix du foncier est tel dans les zones où nous exerçons, que finalement la meilleure solution reste l’extension, ou la rénovation.

Justement quelles sont les zones où vous intervenez le plus ?

Pour les maisons de particuliers, cela se passe essentiellement en Gironde, jusqu’aux départements limitrophes. La plupart de nos chantiers restent dans la CUB (Mérignac, Pessac, Villenave d’Ornon etc). Ces secteurs sont très tendus, peu de personnes ont les moyens d’acheter un terrain, donc la demande d’extension explose !

Concernant les ERP, vous travaillez également essentiellement sur la Gironde ?

Non, nous sommes sur un secteur beaucoup plus large. Par ailleurs, ce n’est pas du tout la même approche que pour une maison de particulier. D’abord car il s’agit de bâtiments neufs. Il faut être efficace. Ce type de projet va plus vite en termes de réalisation. Il n’y a pas de décoration, pas de technicité particulière. Et cela reste un secteur porteur, car il y a toujours besoin de médecins et de pharmaciens, or ce sont là nos principaux clients pour les ERP.

Mais que ce soit en rénovation / extension de maisons individuelles ou en ERP, je ne m’ennuie jamais ! On ne fait jamais la même chose, jamais le même plan, et c’est une chance formidable de pouvoir profiter de cette diversité.

 

Une clinique vétérinaire réalisée par Bathic, en Gironde